Le Colombanois

Avril 2016

Mot du maire

Heureux printemps !

Si l’on considérait le début des  travaux de colmatage des nids-de-poule comme étant l’amorce du printemps, nous pourrions prétendre que la saison du renouveau à Saint-Colomban est arrivée bien avant la date officielle du 20 mars cette année ! En effet, depuis janvier, les équipes des travaux publics affectées à l’entretien de nos chemins ont étendu plus de 50 tonnes d’asphalte tiède avant même le mois d’avril pour boucher tous ces trous, ces fissures ou ces affaissements qui minent nos voies carrossables. Et vous savez bien que tout se paie : chaque tonne de bitume à colmater coûte à elle seule près de 120 $, sans compter les coûts de main-d’œuvre.

L’entretien du réseau routier occupe une part importante de nos budgets et nous coûte cher en ressources humaines et financières. Malheureusement, il n’y a pas de solution miracle. Si elle existait, il y a longtemps qu’on l’aurait appliquée chez nous comme dans les autres villes du Québec. Nous sommes néanmoins à l’affût  des développements en matière de revêtements plus écologiques et de plus grande durabilité.  Il nous est actuellement permis de croire au potentiel de certaines innovations que l’industrie est à développer, qui utilisent notamment la poudre de verre. Mais il reste encore du chemin à faire !  Selon certaines analyses, la durée moyenne d’une route pavée au Québec serait d’une dizaine d’années seulement, ce qui est trop peu quand on considère les coûts astronomiques liés à ces infrastructures. J’en profite pour vous informer que nous prévoyons réhabiliter cet été 5 km de nos rues considérées comme prioritaires. Budget alloué :
1 million de dollars, rien de moins. Nous avons 200 km de routes à Saint-Colomban et plusieurs d’entre elles ont déjà largement plus de
10 ans : faites le calcul !

Aussi importante soit la question des rues, ce n’est pas le seul enjeu dans une ville comme la nôtre; nos citoyennes et citoyens ont aussi leurs préoccupations et leurs attentes quant au milieu de vie que leur offre Saint-Colomban. Parmi leurs demandes, la Ville étudie en ce moment la situation des poulaillers urbains. Ainsi, le Comité consultatif d’urbanisme (CCU), tout comme le Comité consultatif d’environnement (CCE), où siègent des représentants de la population, travaillent actuellement à nous proposer un cadre réglementaire qui viserait à permettre de détenir des poules en zone résidentielle. Nous devrions pouvoir vous présenter leurs conclusions d’ici cet été.

La participation citoyenne se reflète aussi au Comité de l’Agenda 21 local où les membres réfléchissent à l’opportunité pour notre Ville de joindre le Réseau mondial des villes apprenantes de l’UNESCO.  Le Réseau vise une utilisation optimale des ressources des villes pour fournir des possibilités d’apprentissage aux citoyens dans le but d’enrichir le potentiel humain, de promouvoir l’égalité et la justice sociale, de préserver la cohésion sociale et de créer une prospérité durable. Voilà assurément une démarche rassembleuse susceptible d’insuffler un dynamisme nouveau à notre Ville et ses habitants.

Dans un autre ordre d’idées, j’ai eu récemment l’occasion d’échanger brièvement avec les responsables du camp de jour de Saint-Colomban, alors en plein blitz d’entrevues pour recruter la crème de la crème des  monitrices et moniteurs qui égaieront nos enfants cet été. Le dynamisme et l’énergie qui se dégagent de ces jeunes me sont apparus aussi vivifiants que le soleil radieux et la magnifique température qui régnait ce dimanche-là. D’ailleurs, surveillez nos différentes plateformes pour vous renseigner sur l’inscription de vos enfants aux activités offertes par la Ville. Le Colombanois vous offre une foule d’informations sur les activités à venir au cours du mois d’avril, alors bonne lecture !

À bientôt et au plaisir de vous saluer en personne.

Jean Dumais, maire

jdumais@st-colomban.qc.ca

Jean.DumaisMaire

@DumaisJean