Le Colombanois

Novembre 2014

Colombanoises, Colombanois,

Comme je vous l' annonçais le mois dernier, dans «Le mot du maire» de septembre, nous sommes actuellement à travailler, de concert avec les directions des Services,  sur la planification budgétaire 2015 de notre Ville. L'opération n’est pas différente de celle que vous faites dans vos familles, il faut concilier les revenus et les dépenses. Les choix budgétaires sont minces puisque la très grande majorité des dépenses qu'il faut planifier sont pratiquement incompressibles, c'est-à-dire que les marges de manœuvre sont fort restreintes une fois qu'on a comblé les dépenses prévisibles liées à l'entretien de nos routes, de nos rues, de nos fossés; au déneigement; à la cueillette des ordures et du recyclage; à la sécurité et aux incendies; aux loisirs; sans oublier le service de la dette et toutes les autres dépenses incontournables dont la plupart d'entre vous pouvez imaginer l'existence (frais de fonctionnement, entretien des immeubles, équipements, quotes-parts obligatoires diverses, etc.) En 2013, alors que nous venions tout juste d'être élus, les charges de fonctionnement des différents services municipaux avaient été estimées à un peu plus de 14 M $ (14 080 800$) alors que les revenus avaient été estimés à peine à un million de plus (15 056 500$).

Au moment d'écrire ces lignes, toutes les orientations ne sont pas encore définies. Je peux cependant vous annoncer qu’il a été demandé à chacune des directions de Service de nous présenter des prévisions identiques à celles de l'an dernier, c'est-à-dire ne comportant aucune augmentation, puisque notre objectif est de reconduire un compte de taxes ne comportant pas, lui non plus, d’augmentations pour les contribuables. Le rapport du maire sur la situation financière qui vous sera présenté le mois
prochain,  en toute transparence conformément à nos valeurs et engagements électoraux, vous situera d'ailleurs plus précisément sur ces orientations budgétaires. Ces prévisions seront ensuite adoptées formellement par le conseil à la séance publique de décembre. Je vous annonce d'ores et déjà mon intention, je le répète, d’envisager, dans la mesure du possible, aucune augmentation de taxes supérieures au taux d'inflation à l'exception du retour de la dépense liée au contrôle des
insectes piqueurs qu'une nette majorité de nos citoyens nous ont signifié être prêts à payer en sus de leurs taxes municipales courantes.

Parmi les éléments plus coûteux à prévoir, il faudra tenir compte de la construction du Centre récréatif et communautaire (dépense de 3 M $ engagée sous l'administration Labrosse qu'il faut maintenant payer) et de l'abri pour nos abrasifs (dépense incontournable estimée à 750 000 $). Du côté des économies, soulignons la collecte des ordures aux deux semaines durant les mois d'hiver (400 000 $), l'apport de subventions fédérales (1 M $ par année), et quelques autres subventions assurément aidantes en regard des services que nous devons rendre à nos concitoyennes et concitoyens.

Je peux tout de même vous rappeler qu'en 2014, nous avions réussi à maintenir le taux de la taxe foncière au même niveau que 2013 (0,6766$ / 100$ d’évaluation), nous avions abaissé le taux lié à la dette (0,0879$ / 100$ d’évaluation) et réduit le coût lié au ramassage des ordures (98$ au lieu de 114$), ce qui c'était traduit par un compte de taxes ne comportant pas d'augmentation et même une légère baisse pour les Colombanoises et les Colombanois. Arriverons-nous à des résultats semblables pour 2015 ? Je peux vous assurer que c'est ce que nous visons et qu'aucun effort ne sera ménagé pour y parvenir !

À bientôt !

Jean Dumais, Maire (jdumais@st-colomban.qc.ca)