Le Colombanois

Août 2008

Le 24 août prochain, il y aura une élection partielle dans les districts 1 et 4. Je veux aujourd’hui vous expliquer les circonstances qui nous obligent à combler les deux sièges vacants au conseil municipal. Rappelons tout d’abord que la conseillère Mme Élizabeth Boucher, élue dans le district 1 à l’élection générale de 2005, a dû laisser son poste car elle quittait notre municipalité pour un travail à l’extérieur. Il y a donc eu une élection partielle en 2006. Très rapidement, un citoyen s’est proposé dans les médias régionaux pour la remplacer. J’avais alors déclaré ne pas vouloir présenter de candidat, croyant éviter les coûts d’une élection; je n’appuyais aucunement ce candidat, mais je pouvais à la rigueur m’en accommoder
et ainsi épargner aux citoyens tous les tracas et les coûts reliés à une élection. J’ai eu tort car cinq candidats se sont fait la lutte sans que je n’appuie officiellement aucun d’entre eux. Ayant déjà promis de ne pas m’impliquer, j'ai dû regarder passer la parade et espérer un candidat de choix. M. Denis Marchand, défait à l’élection générale de 2005 contre Mme Boucher a été élu et malgré le fait qu’il faisait partie de l’opposition, a su travailler en harmonie avec le conseil municipal. Au printemps dernier, la municipalité devait combler un poste de contremaître en voirie et M. Denis Marchand a postulé et obtenu le poste. Il n’y a certes pas eu de favoritisme puisqu’il avait été un adversaire politique, mais ses expériences de travail justifiaient facilement ce choix. Il a oeuvré longtemps dans le domaine des travaux publics et du déneigement et il connaissait parfaitement le territoire. Je l’ai rencontré pour connaître ses réelles motivations et le conseil municipal a donc décidé de lui faire confiance même s’il venait de l’opposition. Il n’y a pas eu de petite politique, et aujourd’hui nous sommes très fiers de ce choix : les résultats sont là et les cols bleus y trouvent un patron
compétent. Il lui fallait donc démissionner de son poste de conseiller municipal, d’où la tenue d’une élection partielle. C’est aussi simple que cela !

Dans le district 4, le conseiller M. Henri Legault, qui hésitait depuis quelques temps à poursuivre sa carrière politique pour des raisons personnelles, a saisi cette opportunité pour démissionner lui aussi. Tant qu’à tenir une élection partielle dans un seul district, aussi bien profiter de l’occasion pour minimiser les coûts. Au nom des autres membres du conseil municipal, je le remercie pour le travail qu’il a effectué au cours de ces années.

Le rôle de conseiller(ère) ne demande pas de formation particulière à priori, mais il faut faire preuve d’ouverture d’esprit, de logique et de gros bon sens. Trop de gens s’impliquent pour régler des problèmes personnels ou pour être reconnus et appréciés de leurs pairs. C’est bien légitime, mais l’égo est un bien mauvais conseiller; c’est souvent le prix à payer pour vivre en démocratie ! J’ose espérer que les citoyens concernés par cette élection partielle prendront quelques minutes de leur temps pour faire valoir leur choix, plutôt que de laisser le hasard décider pour eux. Il faut savoir s’impliquer, c’est là notre devoir de citoyen.

Roland Charbonneau,
maire.