Le Colombanois

Janvier 2009

Gilles Vigneault avait bien raison de chanter Mon pays, c’est l’hiver…L’année 2009 démarre de la même façon que l’année 2008 s’est terminée. Neige et verglas se succèdent et la météo est dorénavant notre principal sujet de discussion. Vous avez été nombreux à nous rapporter des anomalies quant au déneigement de nos routes. J’admets volontiers qu’il y a eu des lacunes et je vais tenter d’expliquer la situation. Au cours des premières tempêtes, certaines rues ont été oubliées; c'est souvent le cas à chaque début d’hiver, puisque les nouveaux conducteurs ne connaissent pas encore les parcours et la situation se replace généralement par la suite. Quant aux délais encourus, il faut bien comprendre que le déneigement commence quand il y a 5 centimètres de neige au sol, selon les terme du contrat. Notre municipalité est divisée en 8 secteurs pour le déneigement et chacun d’eux prend environ 5 heures pour être déneigé. Selon la rapidité de la précipitation, il se peut qu’il y ait déjà 10 centimètres de neige au sol au point de départ quand la déneigeuse reprend son parcours pour une deuxième fois. Si on ajoute les vents et la poudrerie, les délais sont d'autant plus longs, sans oublier qu’il faut refaire le plein de sable. Quand il y a du verglas, la situation est toujours catastrophique et on peut le constater dans toutes les municipalités. Nous avons connu un problème d’approvisionnement en sel durant les Fêtes et spécialement lors du verglas du 27 décembre. La compagnie de déneigement n’est aucunement responsable de ce problème; ce fut un problème de régie interne. Il faut toutefois comprendre qu’il ne sert à rien d’épandre du sable et du sel quand il pleut. C’est bien connu, il faut attendre la fin du verglas et même les déneigeuses équipées de chaînes à chaque essieu ne pouvaient tenir la route dans les montées. Le verglas représente certes une mesure d’urgence et il faut éviter absolument de prendre la route. Certains pays connaissent des tremblements de terre, d’autres des ouragans; chez nous, c’est le verglas qui paralyse tout.

Les communications ont également fait défaut et nous avons du revoir l’organigramme des travaux publics pour remédier à la situation. J’ai convoqué une rencontre d’urgence entre temps avec la compagnie de déneigement et notre contremaître aux travaux publics où nous avons revu toute la planification du déneigement et nous avons convenu d’un plan d’action pour le futur. Dorénavant, un seul numéro de téléphone servira à recevoir les requêtes des citoyens qui auraient des problèmes, soit le 450 436-1453, poste 236. Il ne sert à rien d’appeler la compagnie de déneigement, ces derniers recevront les instructions directement d’une téléphoniste dédiée à cette tâche.

Il ne faut pas croire que les 200 kilomètres de routes seront nettoyées jusqu’à l’asphalte, sauf bien sûr la côte Saint-Nicholas jusqu’à la côte Saint-Paul, cette dernière jusqu’à la montée de l’Église, le chemin de la Rivière-du-Nord de l’école de la Volière vers Saint-Jérôme, la pente abrupte de la montée Brisebois, la montée Cyr. La montée de l’Église jusqu’au village relève toujours du ministère des Transport. Quant aux autres rues, on sable les courbes, les montées et les arrêts, tel que stipulé au contrat.

Nous espérons que les changements apportés sauront améliorer la situation et nous avons convenu d’une meilleure collaboration avec le déneigeur puisque nous sommes des partenaires dans ce dossier. Au nom des élus et du personnel de notre municipalité, je vous souhaite une très bonne année 2009.

Roland Charbonneau,
maire